Difficile de passer à côté du boom du street art. D’une forme d’art qui évoluait aux marges de la société,  le street art accède aujourd’hui a une certaine reconnaissance à travers le monde. Il n’est ainsi plus rare de croiser des œuvres street art dans les galeries d’art. Du fait de cette nouvelle légitimité, de nos jours les villes sont plus enclines à accepter les artistes urbains. Leur faculté à transformer des structures urbaines délaissées voire à réanimer des parties abandonnées de la ville a fait beaucoup pour aider à embellir de nombreuses communes. Le Street Art peut surgir à tous les coins de rue, et pour peu que l’on s’intéresse à cette culture urbaine, il paraît difficile de savoir où donner de la tête, tant les œuvres, souvent éphémères, jaillissent à profusion. Il existe pourtant des villes en Europe reconnues pour avoir une scène street art développée et où vous pourrez à coup sûr admirer ces œuvres.  Voici donc, pour y voir plus clair, notre choix des villes street art en Europe.

Bristol, Royaume-Uni

Street Art - Bristol

Fresque par C215 à Bristol – crédit: flikr – KylaBorg

Si Bristol est aujourd’hui synonyme de street art, c’est en grande partie grâce à la renommée mondiale de l’artiste Banksy, originaire de la ville et dont les premières œuvres sont apparues sur ses murs. Mais résumer Bristol à Banksy ne serait pas faire justice à la diversité d’une scène street art locale qui ne manque pas d’imagination pour s’approprier les rues.  Depuis le boom original du graffiti dans les années 80, beaucoup d’artistes y sont actifs. A l’image de Nick Walker dont les œuvres au pochoir ont eu une influence certaine sur Banksy, ou encore Cheo et ses personnages caractéristiques que l’on retrouve sur de nombreux murs de la ville. Inkie, 3D et bien d’autres y ont également laissé leurs traces. Les endroits où vous trouverez le plus grand nombre d’œuvres sont les quartiers populaires Stokes Croft et Saint Paul au nord de la ville, qui ont vu apparaître les premiers graffitis dans les années 80. Depuis ses débuts, le street art s’est aussi institutionnalisé et est même supporté par les autorités locales avec, par exemple  l’organisation du See No Evil Project initié en 2011, véritable galerie à ciel ouvert autour de Nelson Street. Mais cette reconnaissance publique ne fait pas pour autant de Bristol une ville musée et la scène locale reste très vivace, la réputation des aînés ne cessant de créer de nouvelles vocations.

Comment aller à Bristol ?

Cologne, Allemagne

Cologne - Street art

Collage par El Bocho à Cologne – Crédit: flickr – Nina Osmers

Parfois appelée la “Mecque européenne” du street art, Cologne a effectivement sa place dans notre sélection. Et pour cause, vous trouverez de tout et sur tous les supports dans les rues de Cologne : des fresques murales aux pochoirs, en passant par les détournements de mobilier urbain. Des premières œuvres des débuts aux expositions et festivals d’aujourd’hui, Cologne a su maintenir et enrichir un état d’esprit qui continue d’attirer artistes et amateurs du monde entier. Le festival qui témoigne probablement le plus de cette reconnaissance internationale est le CityLeaks, lancé en 2011. Entre fresques murales, conférences, rencontres et expositions, le festival a pu montrer la grande diversité de la culture urbaine. Légitimant une forme d’art jusque là plus confidentielle, CityLeaks propose également des visites guidées des quartiers de la ville dans lesquels le street art se donne le plus à voir. Ainsi des quartiers d’Ehrenfeld et Belgisches Viertel, probablement les plus emblématiques de la ville, mais aussi d’Innenstadt, ou Kwartier Latäng, le quartier étudiant de Cologne. El Bocho, street artiste originaire de Berlin, a contribué à certaines des œuvres les plus reconnues de Cologne. Son style caractéristique peut être reconnu par exemple sur Heliosstraße dans le quartier d’Ehrenfeld.

Comment aller à Cologne ?

Gand, Belgique

Gand - street art

Fresque par Roa à Gand – Crédit: Ferdinand Feys

Si vous voulez découvrir la culture urbaine en Belgique, il vous faudra passer par Gand. Cette ville étudiante n’en est pas à un paradoxe près. Si son centre ville médiéval fait le bonheur des amateurs de vieilles pierres, Gand a aussi un pied dans l’expression artistique  la plus avant-gardiste et attire ainsi un tout autre type d’explorateurs urbains. Des street artists tels que Hardnesh, Matthew Dawn, Blisser, Jolly ou encore Night ont fait de Gand leur terrain de jeu créatif. Mais on ne peut évoquer cette ville de Flandres sans parler de Roa, artiste urbain qui y a fait ses premières armes et dont les animaux réalistes peints en noir et blancs se retrouvent aujourd’hui sur les murs de nombreuses villes de la planète. L’organisation Street Art Belgium propose le guide Concrete Canvas Tour pour vous y retrouver dans cette profusion d’œuvres qui recouvrent les murs de la ville. Ainsi, ne manquez pas de vous aventurer vers Werregarenstraat, aussi connue sous le nom de rue des graffitis. Bien sûr. l’art urbain à Gand ne se limite pas à ce que vous découvrirez avec ce guide. La scène gantoise peut vous surprendre à tous les coins de rue. Et puis, tant qu’à être à Gand, nous vous invitons à aller à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de la ville, près d’Anvers, découvrir le village abandonné de Doel, totalement réinvesti par les artistes urbains locaux et internationaux.

Comment aller à Gand ?

Rotterdam, Pays-Bas

Rotterdam - Street art

Voiture entièrement recouverte de graffitis à Rotterdam. Crédit: flickr – FaceMePLS

Rotterdam est une ville ou la culture underground est très implantée, et son expression dans les rues ne fait pas exception. Ce penchant pour l’art urbain s’est vu confirmé en 2009 avec l’organisation du premier Reflexo on Urban Art (ou RUA) qui a consacré la ville comme spot incontournable du street art européen. A cette occasion, de nombreux artistes internationaux ont laissé libre court à leur créativité. Inspiré par la scène urbaine brésilienne (“rua” signifie “rue” en portugais), le but avoué de Reflexo on Urban Art est de réfuter l’image négative du graffiti et de l’art urbain et de montrer ce qui peut être fait de l’espace public.  Quelques unes des œuvres réalisées à l’occasion de cet événement fondateur sont encore visibles dans les rues de Rotterdam. Vous pourrez ainsi voir Cryptic Duality réalisé par Horoiwa ou vous balader le long du très coloré Noorderkanaalweg, ou encore sur Schiestraat, près de la gare centrale. Pour les artistes locaux, on vous conseille de jeter un œil au travail de Daan Botlek, qui n’a pas de pareils pour se jouer du mobilier urbain avec ses personnages anonymes qui vous feront remettre en question votre perception des formes. La plateforme MAMA (Medias and Moving Arts) fondée en 1997 est aussi très active et propose des visites guidées des spots incontournables de la ville avec le Kunstblock Tour, qui inclut également un initiation au graffiti.

Comment aller à Rotterdam ?

Milan, Italie

Milan - Street Art

Peinture murale par NemOs à Milan. Crédit: WordPress – Christina Barker Jones

Milan, très chic capitale de la mode italienne, temple des marques de luxe, peut sembler être le dernier endroit où l’on pourrait s’attendre à trouver une contre-culture urbaine active, et pourtant… Milan est en effet à sa manière un laboratoire du street art, semblant profiter du voisinage de formes d’art plus installées. Le duo artistique Urban Solid fait partie des créateurs les plus innovants. Leur objectif déclaré est de rendre l’art urbain vivant, et ils implantent pour cela de nombreux objets en 3D  dans différents endroits de la ville. L’Italien BLU aussi, originaire de Bologne toute proche, a fait de Milan un de ses terrains d’expression favoris. Vous pourrez ainsi admirer ses cyclistes écrasant des voitures près de la gare centrale.  La ville de Milan enfin, a initié un projet de décoration de plaques d’égouts, montrant ainsi une certaine forme de bienveillance envers le street art de la part des autorités publiques. Le quartier de Navigli regorge de nombreuses merveilles urbaines, ainsi que la via Tortona. Le Quartiere Isola, proche de la station de métro Porta Garibaldi vous réserve aussi son lot de surprises: un quartier en cours de réhabilitation dans lequel les artistes urbains ont été invités à donner toute la mesure de leur créativité. Mais pour être sûr de voir un maximum d’œuvres, nous vous invitons à rejoindre le Waam Tour.

Comment aller à Milan ?

Barcelone, Espagne

Barcelone - Street Art

Fresque murale à Barcelone. Crédit: Flickr – Michael M

La capitale catalane est une véritable galerie à ciel ouvert ! Le street art a envahi les rues de Barcelone et souvent dans les endroits les plus insoupçonnés. La scène urbaine barcelonaise attire les plus grand noms, ainsi de BLU, Boris Hoppek, qui y a élu résidence, ou encore Invader, qui a mené ses troupes d’extraterrestres en mosaïque à l’assaut du centre ville. Mais Barcelone, c’est aussi une scène locale plus que prometteuse avec des artistes urbains tels que Aryz, Muro, Kenor, Ripo, Btoy ou encore Kram et son univers de cartoons totalement déjantés. Certains d’entre eux ont pris sur eux de faire accepter le street art comme forme d’expression légitime et ainsi toucher un plus vaste public. Ils ont ainsi pu exposer dans diverses galeries dédiées au genre et des festivals et événements autour du street art ont pu s’organiser, en bonne entente avec la municipalité, dans la ville catalane. ÚS Barcelona Street Art Festival par exemple s’est tenu l’année dernière et qui contribue à faire se rencontrer des artistes autour d’œuvres collectives. Pour y voir plus clair dans cet offre pléthorique, Barcelona Street Style Tour propose diverses visites guidées à travers les différents quartiers de la ville. Pour ceux qui veulent creuser le sujet quand aux motivations et rêves des street artistes barcelonais on vous signale aussi l’excellent documentaire “Las Calles Hablan” (littéralement: “Les rues parlent”) qui les suit au plus près dans leurs pérégrinations nocturnes.

Comment aller à Barcelone ?

Marseille, France

Marseille - street art

Une rue proche du Cours Julien à Marseille. Crédit: Flickr – Pop H

Du point de vue culture urbaine, difficile en France de passer à côté de Marseille. Si l’art  de rue a vraiment décollé dans les années 80 dans la cité phocéenne, celui-ci a longtemps été combattu par les autorités et seules des initiatives récentes ont permis un relatif changement de point de vue sur la question. Marseille garde ainsi cette forme d’authenticité d’un art urbain qui s’est longtemps, et jusque récemment, développé loin des galeries et salles d’exposition. Mais des initiatives telles que l’atelier Juxtapoz, qui ouvre ses portes aux graffeurs ou encore UnderArtGround font rentrer la scène locale dans une autre dimension, en l’exposant au grand public. Dans la continuation des manifestations autour de Marseille 2013, capitale européenne de la culture, se trouvent aussi des initiatives plus ponctuelles telles que le Street Art Festival au Cours Julien qui s’est déroulé en 2014. Les amateurs d’un street art plus sauvage peuvent pourtant dormir tranquille. Il leur suffit pour cela de se balader dans les rues du Cours Julien pour apprécier le joyeux chaos artistique et coloré qui s’étale sur les portes et les murs. Le talentieux PQ et ses rouleaux de papier toilette disséminé sur les murs de la ville ou encore le mystérieux Olo et ses poulpes colorés embellissent la cité phocéenne à leur manière.

Quel est le moins cher pour aller à Marseille ?

Linz, Autriche

Linz - Street art

Peinture murale par Roa, sur les docks à Linz. Crédit: Flickr – Rainer Stropek

Cité industrielle historique d’Autriche, Linz utilise le street art pour réhabiliter certaines de ses usines aujourd’hui fermées qui ont fait la réputation de la ville. Par exemple, la Tabakfabrik, ancienne usine de tabac est réinvestie comme un espace accueillant des ateliers d’artistes, des expositions et de nouveaux projets. De la même manière, le groupe Soulvention offre des visites guidées pour découvrir les œuvres d’art urbain qui peuplent la ville et propose également des ateliers pour apprendre à graffer. L’accent est aussi clairement mis sur la rénovation urbaine par Boxxoffice (site en allemand) qui invite des street artistes renommés à réinvestir les parties abandonnées de la ville. C’est ainsi que, directement sur le Danube vous pourrez admirer les œuvres de Roa (Gand), Aryz (Barcelone) ou encore Stohead (Hambourg). La meilleure manière de pouvoir les découvrir, aux côtés de bien d’autres œuvres, est encore de prendre un bateau et d’explorer les docks, espace d’expression d’art urbain par excellence à Linz.

Comment aller à Linz ?

Porto, Portugal

Porto - street art

Fresque murale par Hazul Luzah à Porto. Crédit: Flickr – r2hox

Porto est une autre ville dans lesquels les bâtiments abandonnés se voient offrir une nouvelle vie grâce à l’art urbain: des structures désertées depuis des décennies sont aujourd’hui le support d’expression de toutes les formes de street art. Vous y croiserez par exemple les portraits tout à la fois figuratifs et surréalistes de Fábio Carneiro. Se balader dans les rues de la seconde ville du Portugal est aussi l’occasion de tomber sur les œuvres singulière de Vhils: au lieu d’ajouter des couches sur les murs existant, l’artiste est partisan du concept de “retirer pour révéler”. Retirant de la matière aux murs en ruines et chargés d’histoire, Vhils y révèle de magnifiques portraits. L’année dernière, Porto a été le théâtre d’une imposante exposition dédiée au street art dont l’épicentre était les cinq étages d’un bâtiment inoccupé. On pouvait ainsi y croiser les artistes nationaux et internationaux, dont certaines des œuvres sont encore visible aujourd’hui. Hazul Luzah, l’un des street artistes locaux les plus reconnus y présentait ainsi plus de 60 de ses œuvres, éparpillées dans les rues de la ville.  Conscient de la difficulté pour les amateurs de se repérer dans cette exposition à l’échelle d’une ville, il travaille actuellement sur une carte qui donnera la possibilité aux plus passionnés de toutes les admirer. Inky Graffiti et Street Art Shop proposent quand à eux des visites guidées plus classiques qui incluent le Barrio das Artes, quartier historique de la ville qui n’a jamais aussi bien porté son nom, et les usines abandonnées de le ville.

Comment aller à Porto ?

Thessalonique, Grèce

Thessalonique - street art

Fresque murale à Thessalonique. Crédit: Flickr – Dmitry Artyukhov

Le street art en Grèce est encore un phénomène plutôt récent qui a pris de l’ampleur ces dernières années avec la contestation politique de la crise économique. Des artistes engagés ont ainsi émergé sur la scène street art locale en devenant un des canaux d’expression d’une contestation grandissante tout en s’appropriant la devise “la crise rend créatif”. Un festival annuel à Thessalonique donne à ces artistes un espace pour exprimer pleinement leur talent aux côtés de groupes de musique et de danse. L’un des artistes les plus notables de la ville, WD (pour “Wild Dancing”), crée des œuvres noires à fort contenu socio-politique et contestataire, qui peuvent être vues sur de nombreux murs de Thessalonique. L’une de ses œuvres les plus connues, inspirées par Bjork, est connue sous le nom de “Poésie Païenne” (voir image ci-dessus).  D’autres œuvres pourront être admirées sur les murs des appartements étudiants de la rue Telloglou, dépeignant la décadence d’une Grèce qui fût il y a bien longtemps la puissance dominante de la Méditerranée mais aussi son épicentre culturel et civilisationnel. Bien qu’il suffise de déambuler dans les rues de Thessalonique pour faire des trouvailles fameuses, on notera que The Box Gallery propose des visites guidées pour vous montrer les projets d’art urbain les plus significatifs de la ville. Et puis qui sait ? Si vous êtes chanceux vous pourrez voir un artiste en plein travail et parler avec lui librement de son art.

Comment aller à Thessalonique ?

 

Photo de couverture: Flickr – zhouxuan12345678